logo

APPROCHE DU MOI PROFOND

Si nous pouvons observer les sensations, les sentiments et les pensées, cela veut dire qu’ils sont extérieurs à nous-mêmes.

Dans l’observation, ils sont, pour nous, l’objet de notre observation.

S’ils sont objet d’observation, ils ne peuvent être nous-mêmes, tandis que nous, nous ne pouvons qu’être le sujet qui observe.

La recherche introspective nous fait découvrir que nous ne sommes pas les pensées, les sentiments, le corps et les sensations qu’il éprouve. Notre nature véritable, c’est ce qui se trouve derrière, ce qui est sous-jacent à cet ensemble de phénomènes constituant la personnalité humaine.

Au-delà des sensations, des sentiments et des pensées, que reste-t-il ?
Il reste le « je ».

Lorsque nous nous sentons exister derrière les sensations, les sentiments et les pensées, nous ne sombrons pas dans l’inconscience.

Au contraire, nous sommes en état de haute vigilance et, en cette vigilance, nous avons conscience d’exister. Cette conscience d’Être, c’est la racine du « Je ».

Cette Conscience d’exister est vide de contenu, tout contenu étant une sensation, un sentiment ou une pensée. Cette conscience vide de contenu, cette pure conscience est notre véritable nature, notre être réel, par opposition à la personnalité humaine constituant notre être apparent. Ainsi, à la question « qui suis-je ? », nous devons répondre, après analyse, « nous sommes conscience pure ».

Il y a donc, d’une part, le moi superficiel qui est composé par l’ensemble des sensations, des sentiments et des pensées et, d’autre part, le Moi profond qui est pure Conscience.

Le moi superficiel cache le Moi profond.

C’est pourquoi les gens s’identifient à la personnalité humaine. Pour eux, le « je », c’est le moi superficiel.

Toute initiation digne de ce nom consiste à déplacer le niveau du « je », de manière à ce que le « je » se situe au niveau du Moi profond. Pensées, sentiments et sensations sont des perceptions traversant le champ de la Conscience. Ce qui est en mouvement perpétuel, ce sont les perceptions.

Ce qui est immuable, c’est la Conscience. Dans la mesure où nous identifions notre conscience d’exister aux perceptions, nous sommes enchaînés au devenir perpétuel et, de ce fait, sujet à la souffrance. L’impermanence des perceptions est constante et les catégories de perceptions qui sont considérées comme agréables, sont inéluctablement appelées à être remplacées, un jour, par d’autres perceptions, considérées par la personnalité humaine comme déplaisantes.

Mais, si nous cessons d’identifier notre conscience d’exister aux perceptions, pour l’identifier à la pure Conscience, vide de contenu, alors, aucune perte, aucun gain, aucune souffrance ne peuvent nous atteindre. Notre moi superficiel continuera à gagner, à perdre, à souffrir et à se réjouir, mais, notre Moi profond restera serein et immuable. Ainsi, par la découverte du Moi profond, nous nous émanciperons des contingences temporelles. Il n’est absolument pas question de rechercher, d’une manière ou d’une autre, à annihiler, mortifier, nier ou oublier la personnalité humaine.

Il faut prendre conscience de ce qui se trouve derrière. Cette prise de conscience ne présuppose aucun appel à la volonté. Il suffit simplement de réaliser, par une forme de perception intérieure directe, que toutes les composantes de la personnalité constituent notre moi superficiel, impermanent et relatif, tandis que notre Être véritable se trouve ailleurs.

Supposons que, par une étrange aberration mentale, un cavalier se prenne pour un centaure et qu’il considère que le cheval qu’il monte est une partie de lui-même. Un jour, le cavalier s’éveille. Dissipant son étrange rêverie, il s’aperçoit qu’il n’est pas un centaure, mais un homme.

Dès lors, il se considérera comme un homme, mais, est-ce une raison pour mépriser où vouloir se débarrasser du brave cheval toujours aussi utile ?
Il en est de même lorsque vous accédez à l’Éveil intérieur. En ce dernier, vous réalisez que vous n’êtes pas la personnalité humaine, mais la pure Conscience qui l’habite. Dès lors, il faut cesser de vous prendre pour un homme et vous connaître vous-mêmes. Mais, ce n’est pas une raison pour détruire l’harmonie qui doit exister entre la pure Conscience et la personnalité humaine.

Au contraire, cette harmonie devra être renforcée et la personnalité humaine devenir le parfait instrument d’action, dans le monde matériel, de la Conscience immatérielle. Pour l’instant, il faut commencer par réfléchir. Réfléchir aux conséquences qui résultent de la pratique de l’observation.

Réfléchir au fait que cette pratique nous permet de constater notre indépendance vis-à-vis des composantes de la personnalité. Réfléchir, c’est-à-dire tourner et retourner en tous sens, dans notre esprit, ce qui a été dit à ce sujet. Cogiter là-dessus, à de fréquentes reprises, en faire le sujet de notre préoccupation quotidienne, jusqu’à ce que les vérités exprimées s’incrustent profondément en nous. Il faut que celles-ci finissent par faire partie intégrante de notre vie et modifient notre façon de voir les choses. C’est seulement à ce moment-là qu’elles sont véritablement comprises.

Observer quotidiennement le corps, les sentiments et les pensées pour, en quelque sorte, vous décoller d’eux et apercevoir ce qui se trouve derrière.

Ceci étant obtenu, intensifier la prise de conscience de l’au-delà de la personnalité humaine.

N’enfermez pas votre pratique dans l’observation de l’homme.

Allez plus loin.

Devenez conscients de votre véritable, profonde, impalpable et impersonnelle Identité qui demeure derrière la personnalité humaine.

Contact

Des questions, un besoin d’informations ou un témoignage, n’hésitez pas à nous contacter !

Bibliotheque

Documents officiels de la maïeutique en téléchargement et nos conseils de lecture ésotériques.

Page Facebook

Rejoignez-nous et partagez  vos idées, liens, photos et vidéos sur notre page Facebook.

Chaine Youtube

Vidéos conférences, questions / réponses et films d’information à visionner sur notre chaine.