logo

APPROCHE DE L'OUVERTURE EXISTENTIELLE

Connaissant cela par expérience personnelle, je sais et je sens que je peux m'abstraire de la vie humaine.

Toutes les passions, tous les attachements, tous les intérêts, tous les désirs, sont morts en moi.

Désormais, je puis passer le reste de mon existence dans une indifférence totale vis-à-vis des événements humains. Inutile de vouloir aller plus loin tant que cela n'est pas réellement vécu. Sans artifices, imitations ou suggestions. Il faut installer notre Conscience dans le dépouillement intégral de la perception de l'Intemporel.

Lorsque ceci est ressenti. Lorsque nous sommes intérieurement morts vis-à-vis de tout ce qui existe, et que cette mort s'accompagne d'une immersion dans l'Ineffable Silence sans fond. Qu'allons-nous faire ?

Allons-nous ainsi rester coupés du monde, dans une bienheureuse indifférence ?

C'est une possibilité.

C'est une médiocre possibilité, car en agissant de la sorte nous nions implicitement le bien-fondé de la Création.

Nier ce bien-fondé, c'est prouver notre impuissance à le comprendre. L'existence n'est telle qu'un rêve inutile et pernicieux ?

Si la finalité spirituelle de chaque individualité réside dans démarche consistant à se libérer du monde dans l'indifférence, à quoi rime l'apparition en ce monde des individualités ?

Si la vie n'est qu'un piège pour la Conscience intérieure, il est nécessaire de nous en émanciper. Mais la vie est-elle un piège ?

Et si elle en est un pourquoi existe-t-elle ?

De plus, comment imaginer qu'une Perfection transcendante puisse donner naissance à une stupidité phénoménale ?

La vie humaine est une pure expression de la joie. Issue de la béatitude statique de l'Incommensurable non manifesté, la manifestation phénoménale qui englobe tous les Univers est une expression dynamique de la Divine joie. Voilà ce qu'il nous reste à découvrir, après avoir trouvé la Paix sans limites et sans visage de l'Isolement suprême.

Pour découvrir cela, il faut, étant mort à soi-même et au monde par le détachement intégral, engendré par le retrait observateur, ressusciter à la vie humaine en réveillant notre coeur, et en l'ouvrant à toutes les joies pures, et tous les dynamismes positifs de l'existence. Étant détaché de tout je ne me complais pas dans mon détachement, mais je m'ouvre aux forces de la vie.

Par cette ouverture les projets humains, les affections et les entreprises humaines, les joies et les horreurs humaines pénètrent à nouveau en moi d'une manière large et généreuse. Elles ne le font plus à partir du-point de vue étroit de l'égocentrisme habituel, mais sur la base d'une vision élargie de l'homme, considérée comme le réceptacle individualisé de l'Éternelle, Universelle et impersonnelle Conscience. Alors la vie devient pour moi un jeu merveilleux. Poises et douleurs se fondent dans une harmonie supérieure qui en lobe tous les contrastes de l'existence.

Je reste au niveau le plus profond, parfaitement et totalement détaché du vécu. Cependant, au niveau superficiel de la manifestation existentielle, me voici empli d'un vaste dynamisme grâce auquel la vie est pour moi une pure merveille.

Le pouvoir psychologique que confère le détachement nous donne la possibilité de fermer notre personnalité, et de la rendre imperméable vis-à-vis des forces de la vie.

Mais ceci n'est qu'un médiocre usage de ce pouvoir psychologique. Par lui il est également possible de réaliser une ouverture de la personnalité d'un type nouveau.

En cette ouverture existentielle, tous les fruits de la vie sont désirés et goûtés. Cependant les joies les désirs et les projets qui s'élèvent spontanément, en vertu du dynamisme intrinsèque de la nature, ne créent dans la personnalité aucun attachement. La vérité suivante m'apparaît : « Je puis jouir de tout sans m'attacher à rien ».

Je m'attache lorsque je me prends pour un homme.

Mais quand ayant conscience de ma véritable Nature Intemporelle et Transcendante, je ne fais que vivre au travers de l'homme, alors je puis jouir de tout ce qui existe sans m'attacher à rien.

Entièrement ouvert vis-à-vis de l'existence, je jouis intensément de la féerie quotidienne, qui se révèle à celui qui sait contempler avec un regard éveillé les choses simples de la vie de tous les jours. Je ne suis enchaîné par rien, et rien n'est capable de m'affliger profondément. Quelle que soit leur intensité, mes douleurs et joies ce ne sont que des maelströms superficiels, derrière lesquels perdure la Conscience de l'Éternelle Immuabilité de l'Être.

Réalisant cela j'accomplis le but de la Création. La Création est le jeu merveilleux que l'Éternel se joue à lui-même. Par la joie le jeu cosmique est motivé. En la joie existentielle des individualités, il accomplit sa finalité intrinsèque. L'Éternelle Conscience Spectatrice, qui est ma véritable nature, joue avec les passions et les déceptions de la personnalité humaine.

Elle les englobe dans une vaste étreinte amoureuse, qui surgissant hors d'elle-même ne modifie en rien son inaltérable immuabilité.

Pour naître à cette vie supérieure, en laquelle la plénitude d'en haut s'est jointe à la plénitude d'en bas, il faut d'abord mourir à notre ancienne personnalité faite d'identification erronée et d'attachements mesquins.

À cette mort intérieure une résurrection vis-à-vis de l'existence succède.

C'est en elle que le transcendant et l'humain réalisent leurs noces mystiques.

Délaisser l'humain pour atteindre le transcendant peut être un retrait nécessaire, constituant une étape importante, mais ce n'est pas l'ultime, car en l'ultime rien ne saurait être rejeté, et tout doit fleurir.

Contact

Des questions, un besoin d’informations ou un témoignage, n’hésitez pas à nous contacter !

Bibliotheque

Documents officiels de la maïeutique en téléchargement et nos conseils de lecture ésotériques.

Page Facebook

Rejoignez-nous et partagez  vos idées, liens, photos et vidéos sur notre page Facebook.

Chaine Youtube

Vidéos conférences, questions / réponses et films d’information à visionner sur notre chaine.