logo

APPROCHE DE LA TRANQUILLITÉ D’ESPRIT

Les gens ont l’esprit agité. C’est un fait. Cette agitation est la pente vers laquelle tout le monde glisse dans le contexte actuel. Il faut réagir contre cette tendance et contre les conditionnements qui l’imposent.

Il faut remonter le courant.

L’esprit est agité par une vie trépidante. Une vie tellement trépidante qu’une certaine forme d’agitation, devenue si courante, est confondue avec la tranquillité, et que l’agitation de l’esprit ne devient perceptible, pour nos contemporains, que dans les cas d’extrême paroxysme.

Pour comprendre comment on peut mettre fin à l’agitation constante de l’esprit, il faut d’abord clairement voir en quoi consiste cette agitation en notre vie.

L’esprit est agité par l’accomplissement de notre travail, par les préoccupations horaires, par l’utilisation de nos moyens de transport, par la fréquentation d’une foule de gens. Il est agité par la musique et la radio que nous écoutons, par les bavardages, par la télévision, le cinéma et l'ordinateur, par le téléphone et les visites, par les excitations des lieux dits « de sortie ».

Il faut commencer par réaliser que tout cela est agitation de l’esprit, observer en notre vie en quoi consiste cette agitation intérieure, et sentir le bouillonnement psychique qui accompagne généralement les activités évoquées.

Il n’entre pas dans nos intentions de proposer une vie totalement exempte d’agitation. Une telle existence ne serait réalisable que dans des conditions de retraite et d’isolement.

Il existe par ailleurs une forme de tranquillité lourde et obtuse qui n’est que paresse.

L’agitation de l’esprit qui accompagne les activités professionnelles, créatrices ou ludiques, nécessaires à notre épanouissement, est inévitable. Ce qui importe, c’est d’éliminer les agitations véritablement inutiles et de se réserver régulièrement des moments de non-agitation, des moments de calme, durant lesquels nous nous immergerons dans la tranquillité.

Rien de plus simple ! Il suffit de s’asseoir confortablement, de garder le silence, de contempler paisiblement ce qui nous entoure, d'écouter les bruits familiers de la vie et de laisser nos pensées aller et venir à leur gré, sans contrainte.

Nous restons ainsi, tranquillement attentif, ne concentrant notre esprit sur rien, et le laissant se déconnecter des implications fallacieuses.

En faisant cela, nous goûtons la tranquillité de l’instant. Les problèmes du moment sont peut-être encore présents, mais ils n’apparaissent plus qu’en filigrane, tandis que le corps et l’esprit connaissent une bienfaisante détente. Détente et distraction sont confondues par une publicité abusive. Nous meublons nos loisirs de multiples distractions.

A peine rentrons-nous du travail que la télévision, la radio, les journaux, le cinéma, nos commensaux et nos amis nous sollicitent. Il est hors de notre propos de condamner les distractions. Elles sont bénéfiques, mais elles ne doivent pas envahir notre vie et ne plus laisser, en celle-ci, de place à la paix profonde. En réalité, bien des gens finissent par presque ignorer la paix profonde du non-agir. Leur vie est partagée entre les activités professionnelles, les activités domestiques, les activités ludiques et le sommeil. C’est devenu un lieu commun de dire que les distractions sont une détente.

Pourtant, ce lieu commun est un abus de langage. Les distractions mettent fin à un type spécifique de tension, mais elles réclament une autre forme de tension. En elles, il y a repos des centres nerveux qui étaient sollicités par le travail, mais il n’y a pas détente en soi. La détente véritable est une absence d’activité à l’état de veille, ce n’est pas une forme d’activité non motivée par la nécessité, comme c’est le cas pour les distractions.

Pour sortir du cercle vicieux des activités incessantes, il faut apprendre à devenir tranquille, par le simple fait de s’asseoir en silence quelque part, et de goûter la saveur de l’instant qui passe. Instaurer, à l’intérieur de chaque journée, des moments durant lesquels nous laisserons notre esprit devenir tranquille constitue un art de vivre.

Cet art de vivre n’aboutit pas à la Transcendance, mais il établit, pour l’individu, des conditions idéalement favorables à l'appréhension de la Transcendance. Où donc, dans une vie sans cesse agitée, y a-t-il place pour l’élargissement métaphysique de la conscience ? Les moments que nous réserverons à la tranquillité imprégneront l’ensemble de la journée.

Ils finiront même, avec le temps, par donner à notre attitude et à notre vie tout entière, une tonalité particulière. Par le fait de régulièrement apaiser notre esprit, nos activités, même les plus absorbantes, deviendront peu à peu incapables de nous éloigner sérieusement des incommensurables profondeurs de l’Esprit.

Le voile que l’activité tisse, par accaparement, en notre mental, deviendra un voile léger, qu’à tout instant il nous sera aisé de soulever pour sentir les profondeurs impalpables du vide conscient, sous-jacent à tout ce qui bouge.

En conclusion : Pour sortir aisément du temporel et entrer dans l’infinitude de l’Intemporel, commencez par tranquilliser votre esprit.

Pour ne pas oublier l’Intemporel, en vous perdant dans le côté superficiel de l’existence, instaurez, en chacune de vos journées, de courtes périodes réservées à la tranquillité de l’esprit.

Telle est la règle dont l’importance pratique apparaîtra à ceux qui s’y conformeront.

Contact

Des questions, un besoin d’informations ou un témoignage, n’hésitez pas à nous contacter !

Bibliotheque

Documents officiels de la maïeutique en téléchargement et nos conseils de lecture ésotériques.

Page Facebook

Rejoignez-nous et partagez  vos idées, liens, photos et vidéos sur notre page Facebook.

Chaine Youtube

Vidéos conférences, questions / réponses et films d’information à visionner sur notre chaine.