logo

Enseignement Traditionnel

Indications sur le rattachement traditionnel de la maïeutique

La Confrérie initiatique de la Maïeutique transcendante se propose de transmettre un enseignement traditionnel.

Mais qu’y a-t-il exactement derrière ce mot "traditionnel" qui, par définition, s'oppose aux enseignements "nouveaux" ou "modernes" ?

De nombreux enseignements spirituels se glorifient d'être "nouveaux". Comme s'il pouvait y avoir quelque chose de nouveau en ce domaine sous le soleil ! Comme si la Vérité n'était pas connue de l'homme depuis la préhistoire ! Comme si toutes les traditions, toutes les religions, n'était pas des répétitions et des réactualisations de la même « Vérité Eternelle » (Sanâtana Dharma).

Le label "nouveau", ou "moderne", cache bien souvent la démarche égotique de ceux qui, incapables de se soumettre aux exigences d'un rattachement traditionnel, n'ont que l'expérience, ou la simple certitude, d'un fragment de Vérité et qui, rejetant les autorités traditionnelles, prétendent devenir eux même une "autorité" en demandant aux autres d'accepter comme incontestable ce qu'ils disent.

Notre Confrérie s'écarte radicalement de cette démarche et se situe dans une perspective "traditionnelle", en considérant que tout enseignement spirituellement valable doit être conforme à la Vérité contenue dans des Ecritures, qui sont sacrées car elles contiennent l'expression d'une Révélation, c'est à dire d'une irruption de la dimension Transcendante dans l'histoire humaine, et non de simples élucubrations du mental humain.

Malheureusement, nous ne pouvons pas considérer qu'il suffit de déclarer qu'un enseignement est "traditionnel" pour qu'il le soit d'une manière effective. En effet, parmi les multiples enseignements spirituels qui se réclament d'antiques et vénérables Ecoles spirituelles, il en est qui le font à seule fin, semble-t-il, de se parer de l'auréole d'une réputation vénérable, tout en faisant preuve d'une infidélité flagrante vis à vis du contenu réel de la Tradition dont ils usurpent le nom.

Heureusement ceci n'est pas le cas de tous les enseignements se référant à une tradition. Mais, il nous faut constater que, dans la floraison actuelle, il est souvent difficile pour le chercheur de Vérité de séparer l'ivraie du bon grain.

Pour sa part la Confrérie Initiatique de la Maïeutique Transcendante entend transmettre l’enseignement traditionnel et authentique de l’Advaïta-Vedanta. Mais nous ne demandons a personne de « nous croire sur parole ». Nous allons donc indiquer les références permettant à chacun de vérifier notre fidélité à la tradition de laquelle nous nous réclamons.

Notre volonté de transmettre l’Advaïta-Vedanta n’inclue de notre part aucune volonté de former un mouvement de « néo-hindouisme », aucune tentative de conversion. Nous nous référons à la tradition hindoue car notre enseignement et notre pratique puisent dans la richesse de la sagesse immémoriale quelle véhicule, mais il reste évident pour nous que chacun est libre de conserver la foi qui est la sienne, à condition que celle-ci ne relève pas d’un exclusivisme sectaire, incompatible avec l’orientation universelle de notre enseignement.

Rappelons quels sont les fondements de la tradition hindoue :

Son orthodoxie s’enracine dans une Révélation divine (Shruti) consignée dans les Ecritures sacrées que sont les Védas.

Il y a quatre Védas, quatre recueils du « Savoir sacré ».

  • Le Rig Veda. 
  • Le Sâma Veda. 
  • Le Yajur Veda. 
  • L’Atharvan Veda.

Dans chaque Véda il existe quatre catégories de texte :

  • Les Samhitâ (ou Recueils d’hymnes liturgiques). 
  • Les Brâhmana (ou Développements sur les rites). 
  • Les Âranyaka (ou Traités destinés aux ermites). 
  • Les Upanishad (ou Enseignements reçus aux pieds d’un maître).

Bien que l’on trouve des passages relevant du niveau ésotérique dans les trois autres catégories de textes, la dimension ésotérique s’affirme et s’approfondit tout particulièrement dans les Upanishad.

Par ailleurs, le Mahâbharâta, ou la « Grande Epopée des descendants de Bharata » ne relève pas de la Révélation divine (Shruti), mais des « Textes traditionnels » (Smriti). Cette épopée comprend 18 livres (parva) et dans le sixième livre on y trouve l’enseignement spirituel donné par Krishna à Arjuna, cet enseignement est considéré comme une œuvre inspirée faisant partie de la Révélation divine. Il correspond à ce que l’on appelle communément en occident la « Bhagavad-Gîta ».

A partir de cette Révélation et se fondant sur Elle, l’orthodoxie de la tradition hindoue s’est développée selon six « point de vue » (Darshana). Ces « point de vue », ces « angles d’appréhension » sont en fait des manières complémentaires d’aborder la Vérité universelle.

Ces six « angles d’appréhensions » sont les suivants :

  • Le Nyâya, ou le « Point de vue du raisonnement logique », fondé par Sri Gotama. 
  • Le Vaisheshika, ou le « Point de vue de l’analyse du perçu », fondé par Sri Kanâda. 
  • Le Sâmkhya, ou le « Point de vue de l’énumération des Principes cosmiques », fondé par Sri Kapila. 
  • Le Yoga, ou le « Point de vue de la contemplation unitive », fondé par Sri Patanjali. Ce «Yoga» ou «discipline menant à l’Union», ne devant pas être confondue avec le « Hatha-Yoga » enseigné en occident. 
  • La Mîmâmsâ, ou le « Point de vue de l’exégèse rituelle », fondé par Sri Jaimini. 
  • Le Vedanta, ou le « Point de vue de l’exégèse métaphysique ». C’est dans cette perspective de l’étude exégétique des Ecritures, réalisée dans le but d’en dégager la conclusion finale et le sens profond, que se rattache notre Confrérie.

Il existe différentes Ecoles Védantiques. Nous nous rattachons à la plus ancienne celle de : L’Advaïta-Vedanta, l’Ecole de la Non Dualité, fondée par Sri Shankâra Bhagavatpada (788-820).

Cette « Ecole de la Non-Dualité », propose une Réalisation Métaphysique qui, par l'universalité de sa perspective, correspond à l'aboutissement de tous les ésotérismes authentiques.

Le « Corpus canonique des Ecoles Védantiques », (Prasthana Traya) contient trois éléments :

  • Les Upanishads. 
  • La Bahagavad Gîta. 
  • Les Brahma-Sûtra.

Cette dernière composante du corpus canonique est constituée par une série d’aphorismes attribués au sage Bâdarâyana et définissant les grands positionnements doctrinaux du Vedanta.

Le Traditionalisme de la Maïeutique se manifeste par sa référence et son étude du corpus canonique du Vedanta, ainsi que par sa référence et son étude des traités de Sri Shankâra Bhagavatpada, et d'un ensemble d'autres textes traditionnels.

Quand à la discipline initiatique qu'elle transmet elle est conforme d’une part à la sâdhana castustayam de l'Advaïta-Vedanta. C'est-à-dire : « la discipline spirituelle » (sâdhana) « de la quadruple qualification (castustayam) requise pour l’expérience de la Non-Dualité » (Advaïta).

La Maïeutique doit son existence à l'enseignement lumineux de Bhagavan Sri Ramana Maharshi (1879 - 1950). Et c’est également dans la fidélité à son Enseignement qu’elle s’enracine.

Alors que l’Advaïta-Vedanta était réservé aux Brahmanes qui renonçaient au monde (samyâsin), Sri Ramana Maharshi, bien que répétant, à partir de sa propre expérience, l’intégralité de l’enseignement de Sri Shankâra Bhagavatpada, a ouvert cette Réalisation à tous, hommes et femmes, hindous et non hindous, en expliquant que la dite Réalisation pouvait s’effectuer au sein de la vie active, en conservant son activité professionnelle et en assumant ses devoirs de père ou de mère de famille.

L’un des aspects les plus connus de l’enseignement de Sri Ramana Maharashi est son « investigation métaphysique » proposant au chercheur spirituel de se poser la question : « qui suis-je ? », afin de constater que le corps physique et le mental ne peuvent être sa véritable identité puisqu’ils ne sont pour lui que des objets de perception et qu’il est, d’évidence, le Sujet qui les perçoit. Dès lors, se pose la question de la nature de ce Sujet que nous sommes et qui est le témoin des perceptions du monde, du corps et du mental. En approfondissant son questionnement, le chercheur spirituel découvre que ce qui demeure en tant que son Identité ultime, son Soi, (Âtman), est pure Conscience. Continuant son investigation le chercheur s’aperçoit que cette Conscience n’est pas « une » conscience individualisée, mais la Conscience universelle, dépourvue de contenus, de forme et de limites.

Cette investigation intérieure du « qui suis-je ? », dépasse très largement la simple introspection psychologique, et doit déboucher sur une « expérience libératrice ». Pour quelle soit menée à bien, il est nécessaire d’acquérir une purification psychique, une capacité d’intériorisation, et une maitrise du mental suffisante. Faute de quoi cette investigation intérieure sera entrecoupée par des distractions mentales multiples la rendant totalement inefficace.

C’est pourquoi dans sa première œuvre écrite, ainsi que dans l’ensemble de l’enseignement oral qu’il répéta tout au long de sa vie, Sri Ramana Maharshi, recommande le recours à l’Ashtânga-Yoga, « la discipline aux huit parties », c’est à dire le Yoga enseigné par Sri Patanjali.

Contrairement à ceux qui voudraient réduire l’enseignement de Sri Ramana Maharshi à l’investigation du « qui suis-je ? » c’est à l’intégralité du Message de Ramana Maharshi que nous voulons rester fidèle.
Aussi, dans la discipline initiatique que nous transmettons, nous commençons au stade du noviciat, par proposer un travail respectant la structure exposée par Sri Patanjali dans son recueil d’aphorisme intitulé Yoga-Sutra. Cet usage de l’Ashtânga-Yoga ayant pour objet de préparer le chercheur à se livrer à l’investigation métaphysique du « qui suis-je ? » et d’être capable d’approfondir tous les aspects et étapes de la réalisation de la Non-Dualité, d’une manière qui n’ait rien de « philosophique », ou de « spéculatif », mais qui soit le vécu profond d’une Gnose libératrice.


Le travail d'Eric Tolone (né en 1947) qui a fondé l'Ecole de la Maïeutique Transcendante, n'a d'autre objectif que de rendre accessible la Réalisation de l'Advaïta-Vedanta dans le contexte spécifique de la vie moderne, en restant fidèle à la Voie ouverte par Sri Bhagavân Ramana Maharshi.

Car Eric Tolone, qui n'a d'autre prétention que d'être un simple disciple de Sri Ramana Maharshi, bien que n'ayant pu rencontrer ce Grand sage de son vivant, a eu la bénédiction de connaître un de ses disciples directs Swami Annamalai (1906 - 1995), lui même parvenu à la parfaite Réalisation.

Par ailleurs la discipline initiatique (Sâdhana) transmise par la Maïeutique à été approuvée en 1990 par le Jada-Guru Sri Bharati Tirtha, 36° successeur de Sri Shankâra Bhagavatpada au monastère de Sringeri.

Eric Tolone a également reçu l'initiation du "Nouvel Enseignement Chan" implanté en France. Le Chang étant fondé par Bodhidharma (6° siècle) premier patriarche chinois du bouddhisme.

Il a également reçu l'enseignement libérateur de Sri Ranjit Maharaj, Sat-Guru de la Tradition des Neufs Sages (Navanath Sampradaya). Tradition à laquelle appartenait Sri Siddharameshwar Maharaj et Sri Nisargadatta Maharaj.

Puisqu’on ne transmet que ce que l’on a reçu et que l’expérience personnelle ne fait que confirmer ce que disent les Maîtres depuis toujours, nous avons voulu indiquer les sources qui, sous forme d’une synthèse, se retrouvent dans l’enseignement initiatique qui est transmit.

D'autre part, depuis de nombreuses années, Eric Tolone s'est livré à des études comparatives sur les différentes traditions et leur convergence au niveau ésotérique, et ceci dans la perspective des travaux de René Guénon. Perspective développée par un courant de pensée au sein duquel il nous faut citer Ananda Coomaraswamy, Fristhof Schuon, Titus, pour ne citer que les plus importants.

L’explication de cette convergence permet au pratiquant de réaliser en quoi consiste le Cœur spirituel et ésotérique de toutes les traditions. Dès lors, il sait que son cheminement spirituel lui permet de s’acheminer vers ce qui constitue, en mode personnel et dévotif, l’aboutissement des mystiques juives, chrétiennes et musulmanes, ainsi que la Bhakti indoue. Il sait également qu’il arrive, en mode impersonnel à la suprême Gnose (Prajnâ) qui est au cœur de l’Advaïta, du Bouddhisme et du Taoïsme.
Cette convergence entre la dévotion mystique et la Gnose étant mainte fois affirmée par Sri Ramana Maharshi.

Une telle convergence universelle ne pouvant devenir effective que dans une expérience de la Transcendance qui demeure au plus profond de nous même.

Nous devons bousculer un ensemble de préjugés, en affirmant que cette expérience n’est pas réservée aux grands Mystiques, ou bien aux Gnostiques impénétrables. Elle est possible pour chacun, dans la limpidité d’une parfaite transparence accessible à tous, ainsi que l’a, maintes et maintes fois, expliqué Sri Ramana Maharshi.

Il en est ainsi parce qu'il ne s'agit pas d'obtenir quelque chose de nouveau mais au contraire de réaliser, en notre vécu intérieur, ce que nous sommes depuis toujours en notre éternité, hors du temps de l'espace et du corps.

En terme indous ce vécu est celui de la Délivrance (Moksha).

De quelle sorte de Délivrance s’agit-il ?

Impossible de comprendre ce qu'est la Délivrance si nous n'avons pas défini l'emprisonnement.

L'emprisonnement résulte du fait de se situer dans le temps, l'espace et le corps.

Ainsi toute forme de vie, du ver de terre à l'archange est emprisonnée dans le temps, dans l'espace et dans une forme de corporéité spécifique. Emprisonnement qui s'accompagne de l'assouplissement aux lois de causes à effet qui régissent tous les mondes, qu'ils soient physiques, psychiques ou spirituels. Que la condition d'archange soit beaucoup plus agréable que celle de verre de terre ne cange rien au problème. Etre délivré c'est ne plus subir les vicissitudes cet emprisonnement et connaître la liberté et la béatitude qui en résultent.

Est-ce possible ?

C'est possible non point dans la promesse d'une "autre vie" mais ici même, en la présente existence.

C'est possible par la découverte vécue de notre Atma, de notre Identité réelle et transcendante au delà du corps et du mental (auxquels nous faisons l'erreur de nous identifier). Identité transcendante qui n'est autre que la présence immanente de Dieu en nous même en tant que nous même.

C'est donc l'accès à cette expérience, pour tous ceux qui ont le sérieux et la persévérance requises, que se propose d'enseigner la Maïeutique. Expérience que l’on ne saurait recevoir de l’extérieur mais qui ne peut que se découvrir «en « soi même », par « soi même » puisqu’elle constitue le dévoilement de notre véritable « Soi », de notre Identité ultime.

Nous transmettons les « outils initiatiques » mais le travail ainsi que son mérite est l’affaire de chacun.

Pas d’innovation, rien de nouveau, de mystérieux ou d’extraordinaire dans l’enseignement transmit. De simples prises de conscience nous acheminant vers la constatation de l’évidence.

L’évidence de notre liberté, de notre félicité et de notre transcendance éternelle.

Que cela soit vécu par tous, sans attendre !

ImprimerE-mail

Contact

Des questions, un besoin d’informations ou un témoignage, n’hésitez pas à nous contacter !

Bibliotheque

Documents officiels de la maïeutique en téléchargement et nos conseils de lecture ésotériques.

Page Facebook

Rejoignez-nous et partagez  vos idées, liens, photos et vidéos sur notre page Facebook.

Chaine Youtube

Vidéos conférences, questions / réponses et films d’information à visionner sur notre chaine.