L’universalisme

L’enseignement proposé s’enracine dans la tradition hindoue, mais il ne se propose pas de diffuser une forme quelconque de néo hindouisme. Son objectif est d’ouvrir à une compréhension universaliste du spirituel. Ouverture dans laquelle se retrouvent les fondements de l’Advaïta-Vedanta.

Pourquoi une telle démarche ?
Parce qu’elle est inscrite au cœur de la tradition hindoue.

Comme le dit le Rig Veda : "Ce qui est Un les Sages en parlent de manières diverses" (1, 164, 46) Et la Brahmabindu-Upanishad précise : "Les vaches ont des couleurs variées, mais le lait a une couleur unique. La Gnose est à considérer comme le lait et celui qui porte les marques distinctives (d'une croyance), comme les vaches." (Verset 19).

La problématique est simple : A partit du moment où vous croyez en l’existence d’une Réalité transcendante, quelque soit le nom que vous donniez a celle-ci, vous avez le choix entre deux positionnements. Soit vous considérez que telle tradition, telle religion est dans le vrai et que les autres sont dans l’erreur, ou dans une approche incomplète de la Vérité, et ceci c’est le positionnement du sectarisme ; soit vous pensez que l’ensemble des grandes traditions s’enracine dans la même Vérité, et ceci c’est le positionnement de l’universalisme que nous nous proposons de développer.

Développement qui se situe dans la poursuite d’un ensemble de travaux inaugurés en occident par René Guénon, Ananda Coomaraswamy, Frithjof Schuon, Titus Bruckhardt, Léo Schaya…pour ne citer que les plus connus.

L’adoption de la perspective de l’universalisme rencontre des difficultés, car l’étude comparative des doctrines montre un ensemble contractions. Les uns affirment ceci et d’autres déclarent le contraire.

Qui est dans le vrai ? Ces contradictions sont elles réelles ? Ou bien ne sont elles que des incompréhensions mutuelles conséquences d’un ensemble d’approches a partit de points de vue différents ? Est-il possible d’appréhender d’une manière holistique l’ensemble des grandes doctrines de l’humanité, et de déterminer la structure qui leur est commune ?

Voici les questions que nous nous proposons d’approfondir dans nos études sur l’universalisme.

Imprimer