Maieutique Transcendante

Modalités concrètes de la transmission initiatique

Les transmissions initiatiques

Les transmissions initiatiques

Ce que nous appelons les « transmissions initiatiques », et qui constitue le cœur opératif de notre système d’enseignement se caractérise par la communication des étapes du cheminement intérieur qui s’ouvre devant les pratiquants. Chaque étape comprenant des exercices spirituels, des méthodes de méditation, des prises de conscience particulières que vous devrez intégrer dans votre vie.

La personne ayant reçu une transmission initiatique est en possession d’un programme personnel de travail spirituel, et elle doit pratiquer solitairement, dans les conditions de vie qui lui sont habituelles, de manière à parvenir au vécu intérieur qui constitue l’objet de l’étape initiatique qui lui a été transmise.

Ainsi, étape par étape, les transmissions initiatiques vous donnent des outils spirituels vous permettant de réaliser sur vous-même la démarche qui est nécessaire pour dévoiler votre Soi, c’est-à-dire votre Identité réelle, au-delà du corps et du mental.

N’en doutez pas, l’aventure intérieure que constitue le cheminement sur un Sentier initiatique est riche en découvertes, en remises en question et parfois en épreuves.

 

 

Modalités de communications des étapes initiatiques

La transmission de ces étapes se fait par courrier électronique. Chacun recevant les textes décrivant la discipline spirituelle (sâdhana) qui est propre à chaque étape et progressant au rythme de son travail personnel.

C’est seulement par la réception de ces étapes, qui vous proposeront un travail sur vous-même systématique, que vous pourrez connaître l’intégralité de l’Enseignement qui est diffusé. Les vidéos et documents mis à disposition sur le site ne constituant qu’une introduction à notre perspective.

 

 

Impersonnalité des transmissions initiatiques

Dans notre système, qui a hérité de l’impersonnalité du Tchang, les transmissions initiatiques s’effectuent « sans contact », par simple expédition en courrier électronique des textes correspondant à l’étape initiatique qui aura été déterminée comme constituant le niveau de travail spirituel qui convient.

Il en est ainsi, car tout repose sur votre évolution intérieure, sur vos prises de conscience, sur l’intégration dans le vécu quotidien de vos compréhensions.

Les transmissions initiatiques sont strictement individuelles, et elles sont communiquées sous le sceau du secret initiatique, ce qui implique que la personne n’en fasse qu’un usage privé. Le récipiendaire ne peut communiquer à autrui ce qui lui est transmis.

Rappelons qu’une transmission initiatique octroie une initiation qui n’est que « virtuelle ». C’est par son travail personnel que le pratiquant rend « effectif » la perspective spirituelle qui lui a été transmise.

 

 

Le complément des transmissions initiatiques

Indépendants des transmissions initiatiques, les différents types de rencontres que nous pouvons vos proposer constituent un complément intéressant qui peut, en certains cas, se révéler fondamental.

Ceux qui savent que toute initiation authentique repose sur la communication d’influences spirituelles comprendront que ces rencontres collectives constituent un vecteur essentiel.

Notons cependant que ces « influences », qui sont une manifestation de la grâce divine, peuvent également être communiquées en dehors de toute proximité physique.

 

 

Les rencontres collectives

C’est donc en complément de la réception des étapes initiatiques qu’il est possible de participer à des rencontres collectives qui sont organisées en différentes localités.

Sur simple demande, nous pouvons soit vous inviter aux prochaines rencontres qui sont déjà programmées, s’il y a des places disponibles, soit vous inscrire sur la liste des personnes qui seront informées des prochaines opportunités.

Signalons que, dans la mesure de leurs disponibilités, les instructeurs peuvent se rendre en différentes régions, ou pays, pour réaliser des journées de contact spirituel. Ceux qui pensent pouvoir organiser ce genre de rencontres, en réunissant des personnes intéressées et en assumant les frais de déplacement et l’hébergement d’un instructeur, peuvent nous le signaler afin de recevoir des informations complémentaires.

Dans notre pédagogie, les rencontres collectives constituent un complément intéressant, parfois déterminant, mais cependant secondaire, car nous mettons l’accent sur l’importance du travail personnel.

Notre Enseignement n’est donc pas destiné à ceux qui veulent se réfugier dans le giron d’un groupe afin de se protéger de la dureté du monde extérieur.

 

 

La gratuité

La participation à des rencontres collectives, les entretiens particuliers et la diffusion par Internet des étapes de l’initiation, tout cela est proposé gratuitement, car nous pensons que la spiritualité, sous peine de se dénaturer, ne doit pas faire l’objet d’un commerce.

Ce n’est pas votre argent que nous voulons, c’est votre ego. Nul ne peut accéder à son Essence divine sans perdre l’illusion de son existence individuelle.

 

La possibilité d’une transmission par Internet

Certains s’étonnent du fait que nous affirmons pouvoir transmettre une initiation traditionnelle, au sens Guénonien de ce terme, par courrier électronique. Efforçons-nous de répondre à cette légitime interrogation :

 

 

Premier point :

Nous ne proscrivons pas les contacts, puisque dans notre système ceux-ci existent à la fois sous forme collective et sous forme individuelle. Nous ne saurions nier que dans les contacts directs une phrase, un geste, un regard, peut se révéler déterminant pour l’évolution spirituelle d’une personne.

Ce que nous déclarons c’est que l’affirmation selon laquelle la présence physique de l’instructeur est indispensable, dès le début de l’initiation, ne correspond pas à une réalité pédagogique. Il est parfaitement possible de recevoir la transmission des instruments initiatiques de la Libération, ou pour le moins de commencer à recevoir cette transmission, sans avoir de contact direct avec un instructeur. Si à un certain moment de la transmission un contact personnel se révèle indispensable, le pratiquant s’en apercevra et prendra lui-même la décision qui s’impose.

Ainsi dans notre pédagogie l’enseignement oral, malgré l’importance fondamentale qu’il peut revêtir dans certains cas, n’est qu’un complément de l’étude des textes et du travail intérieur personnel. Il n’est ainsi pas nécessaire de tout répéter a chaque personne et de n’utiliser l’oral que pour résoudre les problèmes et incompréhensions qui se présentent

 

Deuxième point :

Il faut nous entendre sur ce que nous entendons par « initiation ». Certains considèrent l’initiation sous un aspect purement rituel. On est initié par la vertu sacramentelle de tel ou tel rite. Ce n’est pas notre cas. Nous attachons une grande importance aux rites théurgiques et nous leur reconnaissons une capacité d’imprégnation spirituelle, mais l’Advaïta repose sur une prise de conscience fondamentale, sur une élévation de la modalité d’existence que ne peut octroyer mécaniquement aucun rite.

Dans notre système les rites ne sont que des aspects importants, mais non fondamentaux de la pratique spirituelle. Notons que les systèmes d’initiation purement rituels ne peuvent que transmettre une initiation virtuelle, ils ne sauraient constituer le fondement de l’initiation « effective », qui est le but que nous visons.

 

Troisième point :

Il nous faut préciser le rôle de l’instructeur (upa-guru) dans notre enseignement. Un instructeur n’est pas un grand Maître (Sat-Guru) qui par sa simple présence est capable d’illuminer ceux qui l’approchent. Le grand Maître que nous vénérons c’est Sri Bhagavân Ramana Maharshi, et aucun instructeur ne prétend dans notre enseignement se situer à son niveau. Il nous faut d’ailleurs être prudents sur la valeur de ces illuminations survenant spontanément en présence d’un Maître, car d’une part elles reposent en général sur les prédispositions, ou la préparation, de celui qui en bénéficie et, d’autre part, un ensemble de cas nous montre que le « moment d’illumination » passé, dans les années qui suivent ce qui a été ainsi reçu, si un travail personnel ne le conforte pas, finit par se perdre dans les pesanteurs de l’ignorance collective. L’importance attachée en Inde au Maître spirituel, au Guru, ne doit pas être abusivement surestimée, car si l’on considérait qu’il suffit de rencontrer un Maître pour recevoir passivement de lui la Réalisation spirituelle, l’Inde n’aurait pas produit la multiplicité des ouvrages décrivant des disciplines spirituelles (sâdhanâ) précises. L’insistance sur l’efficacité des pratiques spirituelles est une caractéristique fondamentale de la tradition hindoue, et cette caractéristique souligne l’importance des efforts personnels, indépendamment des aides que peuvent apporter les captations d’influences spirituelles.

L’instructeur, tel que nous l’entendons est, selon une belle formule, un « ami spirituel » qui se propose d’aider les « Chercheurs de Vérité » à progresser sur un Sentier qu’il a lui-même parcouru.

Conclusion :

Le rôle des rites et le rôle de l’instructeur étant minorés, le Cœur de l’initiation que nous proposons réside dans la pratique des exercices initiatiques qui sont transmis selon une série hiérarchisée d’étapes.

Le but étant de vivre intérieurement et accomplir scrupuleusement les différentes pratiques traditionnelles qui sont transmises et qui ont pour objet de permettre d’accéder au vécu intérieur de la Libération, qui n’est autre que la constatation de notre Liberté éternelle

L’essentiel réside donc dans la transmission des pratiques et des exercices qui sont nécessaires pour l’accomplissement de chacune des étapes initiatiques. L’aspirant faisant passer l’initiation du virtuel à l’effectif par sa pratique quotidienne. C’est la pratique, et non la simple compréhension intellectuelle, qui aboutit à une modification de l’être individuel et à sa concordance avec l’Être universel.

Dès lors, chacun comprendra aisément que ce type de transmission puisse se faire par l’expédition progressive d’un ensemble de documents sur la messagerie électronique des pratiquants. En définitive, l’initiation que nous proposons réside dans la transmission, à ceux qui persévèrent, des instruments nécessaires à leur autoréalisation. C’est eux et eux seuls qui portent la responsabilité de la mise en œuvre de ces instruments.

Du point de vue de l’Advaïta la Nature profonde de chaque personne, au-delà des apparences humaines, c’est la même et unique Transcendance que l’on peut appeler Dieu ou l’Absolu. C’est le Soi qui réalise le Soi. Car le soi individuel est une manifestation du Soi, transcendant c’est-à-dire de l’Identité ultime de celui qui se cherche lui-même.

Chacun est donc le Divin qui fait semblant d’être un homme en voilant sa gloire. Comprendre cela et le vivre n’est pas réservé à des êtres exceptionnels. Pas plus que cela n’est réservé à ceux qui renoncent au monde et se font moines ou ermites. Il est possible, dans le contexte en bien des aspects spirituellement négatifs du monde moderne, de parvenir à la constatation vécue de la présence de Dieu en soi-même, Présence qui occupant une place centrale ne laisse pas de place à l’illusion d’un « je » personnel.

 

 

Dénonciation des abus

Il nous importe de souligner l’existence de deux abus qui sévissent à notre époque et contre lesquels notre pédagogie constitue une forme de réaction. Ces deux abus, qui ne sont pas sans avoir souvent d’étroits rapports entre eux, sont les suivants :

La commercialisation du spirituel et la « guru-mania ».

 

En ce qui concerne le premier, nous voulons dénoncer le fait qu’à notre époque le spirituel soit devenu un « créneau commercial » dont vivent un ensemble de professionnels qui vivent des bénéfices générés par les ouvrages qu’ils ont écrits, les conférences qu’ils font, les stages ou les séjours qu’ils organisent. Tout ceci est tellement répandu que cela finit par paraître « normal », mais il suffit de comparer le mode de vie de ces « professionnels » avec celui des anciens instructeurs pour constater qu’un abîme les sépare. Ainsi, de nombreuses personnes diffusant des enseignements se prétendent très élevées spirituellement, ou bien le laissent entendre, mais dans les faits ils vivent confortablement des bénéfices générés par leur enseignement, montrant par là qu’ils ne possèdent ni le désintéressement, ni l’amour d’autrui qui sont le fondement des aptitudes à la transmission spirituelle. Voulant jouer au « Maître », ils n’ont pas les caractéristiques élémentaires de détachement qui caractérisent toute personne authentiquement spirituelle.

 

Au sujet de ce que nous appelons : la « guru-mania ». Il est erroné de penser que vous vous réaliserez spirituellement en rencontrant des Maîtres, des instructeurs, des conférenciers ou des écrivains. Si les rencontres ne peuvent que vous indiquer un chemin à suivre, il est condamnable de se placer sur le piédestal imaginaire d’un « Grand Maître », d’un « sublime Guru », voir même d’un « Avatar » et de demander aux gens de demeurer dans la posture des oisillons qui se contentent d’ouvrit le bec. Agir de la sorte, ce n’est pas agir pour le « plus grand Bien » de ceux qui cherchent. D’une part, car on les maintient dans un état de dépendance psychologique, d’autre part car on exploite honteusement la sincérité de leur soif du Divin. Le don de soi même doit commencer par ceux qui transmettent, faute de quoi ce qu’ils transmettent est irrémédiablement déformé par un ego bien vivace. Le guru authentique ne demande pas qu’on le vénère, il transforme ses disciples en guru.

 

 

Réponse à un questionnement

Parmi ceux qui ont déjà assimilé certains aspects de la Non Dualité, il en est qui peuvent se demander:

« Pourquoi recevoir une initiation, pourquoi se soumettre à une discipline, puisque je ne puis devenir ce que je suis déjà de toute éternité ? »

Nous leur répondons :

La transmission des étapes est indispensable. Non pas pour être le Soi que vous êtes déjà. Mais pour que l’homme devienne un clair miroir réfléchissant cette évidence.

Il n’y a pas de « réalisation » au niveau du Soi qui n’est « jamais obtenu, jamais perdu ».

La nécessaire pratique d’une discipline se situe au niveau de l’homme. Son objet est de faire de lui une surface réfléchissant votre Réalité éternelle.

Il existe deux mouvements fondamentaux :

– Le dévoilement de votre Soi.

– L’établissement d’un clair miroir capable de recevoir constamment ce qui a été dévoilé.

 

La Connaissance de ce que vous êtes par dévoilement peut jaillir en dehors de toute discipline spirituelle, de toute pratique systématique. De multiples exemples le prouvent.

Mais cette Connaissance, cet Éveil à notre véritable et transcendante Nature n’est pas, ainsi que certains l’ont cru, l’aboutissement. Ce n’est, dans la perspective que nous transmettons, que le début du Sentier.

Car à la suite de cet Éveil, il faut parvenir à instaurer peu à peu un vécu constant. Il faut purifier le miroir. En effet, chez un homme non maîtrisé par une discipline purifiante, le miroir intérieur n’est pas clair et le vécu constant ne peut s’installer.

Ainsi, les étapes initiatiques et la discipline spirituelle permettent le mûrissement intérieur acheminant vers l’Éveil, pour ceux qui ne l’ont pas. Pour ceux chez qui le dévoilement fondamental c’est déjà produit, les étapes initiatiques et la discipline travaillent le « terrain humain », afin de stabiliser l’Éveil.

A cela j’ajoute le fait que parler de l’Éveil, ou parler de la Gnose, la Connaissance libératrice, c’est souvent faire l’erreur de présupposer qu’il n’existe qu’une forme d’Éveil et qu’un niveau de Gnose. Nombreux sont ceux qui ayant connu une expérience spirituelle assez forte, ou un vécu d’Éveil, ne soupçonnent pas qu’il existe, malgré le caractère « extraordinaire » de leur vécu, des expériences encore beaucoup plus vastes, ou profondes, des degrés d’Éveil beaucoup plus élevés. Le lègue immémorial que contiennent les étapes initiatiques permet à toutes ces personnes de ne pas « plafonner » dans un vécu qui n’est qu’un dévoilement partiel. Ces dernières observations constituent une raison supplémentaire pour recevoir la transmission des étapes même si, avec un brin de surestime, on a déjà tendance à se considérer comme « un grand Eveillé».

 

 

Le but recherché

Le but que nous proposons est-il d’obtenir la Connaissance, l’Éveil, ou la Gnose ?

C’est à la fois plus subtil et plus vaste que cela.

Se considérer comme Délivré, ou comme Éveillé, c’est démontrer qu’on ne l’est pas, ou bien qu’on ne l’est pas « au plus haut niveau ». Car la Connaissance de la transcendance de notre Soi, ou l’Éveil, est un simple phénomène spirituel. Puisque le véritable Soi est au-delà de la Connaissance et de l’ignorance, penser : « je suis Eveillé », c’est encore s’identifier à l’homme qui bénéficie de cette expérience. Ce que nous sommes véritablement c’est « Cela » qui est le Témoin de la Connaissance métaphysique, ou de l’Éveil. La véritable Délivrance n’est pas une acquisition, c’est la disparition de toutes les illusions. Or, de notre point de vue, parmi les illusions spirituelles celle qui fait s’écrier « je suis Eveillé ! Je suis Délivré ! » constitue une illusion extrêmement forte.

Le sentier proposé demande de l’humilité. Seul celui qui, avec humilité, accepte le fait qu’il existe en l’homme des possibilités spirituelles beaucoup plus vastes que celles qu’il a jusqu’à présent imaginées, comprises ou ressenties, pourra voir s’ouvrir un champ de possibilités véritablement illimitées et proprement incommensurables. Car la fin de l’initiation n’est pas la fin de l’évolution spirituelle, ce n’est que la transmission d’un ensemble d’outils essentiels. Bien des Aubes intérieures sont encore à venir pour celui qui a reçu la transmission de l’ensemble des étapes de l’initiation.

L’homme est souvent emprisonné dans le cocon de l’objectivation de ses conceptualisations. Au-delà, bien au-delà de ce qui peut être dit, compris, ou vécu se situe l’horizon. Les étapes initiatiques vous proposent une aventure intérieure. Mais deux conditions sont requises : ne pas s’autolimiter dans nos acquis, avoir le goût du grand large.

 

 

 

Avertissement : 

Bien que notre Enseignement soit en principe ouvert à tous, il conserve son caractère authentiquement initiatique et donc sélectif. Nous vous avertissons qu’à différents niveaux de la réception de cet Enseignement libérateur, vous devrez démontrer vos capacités. La première démonstration que vous devez apporter pour accéder à la réception de l’initiation, c’est celle de l’assimilation d’un ensemble de compréhensions intellectuelles basiques.

Certes, l’ineffabilité du vécu gnostique se situe au-delà de l’intellect, mais dans notre pédagogie, il faut d’abord commencer par clarifier les compréhensions nécessaires au niveau de l’intellect avant de dépasser celui-ci.

Sachez également que le travail intérieur, qui vous sera demandé au cours des étapes initiatiques, nécessite un authentique engagement. Aussi, ne demandez pas nos transmissions par simple curiosité intellectuelle. Ne le faites pas comme un dilettante qui ne recherche qu’un peu de décoration spirituelle.

 

  

Comment faire pour recevoir l’initiation ?

Si vous désirez recevoir l’initiation que nous transmettons, il suffit de nous écrire pour nous le demander :  confrerie.maieutique@gmail.com

Vous recevrez des circulaires vous expliquant la manière de franchir les trois pas d’introduction dans la structure de notre enseignement.